Vous êtes ici : Accueil / Le projet / Présentation

Présentation

Problématique générale

Nous assistons à un accroissement prodigieux des contenus numériques et de la puissance des techniques de production et de diffusion, et ceci à différentes échelles du territoire et notamment à l’échelle des grandes agglomérations. Il s’agit d’un processus dont l’importance et la rapidité sont probablement sans précédent dans l’histoire de l’humanité. En effet, ce que promet la société du numérique et qui se dessine sous nos yeux, c’est une toute autre façon de nous représenter et de concevoir l’espace, le temps, et plus généralement l’ensemble des connaissances relatives au territoire. Dans ce sens, Lille Métropole a engagé depuis avril 2012 une démarche de réflexion sur le numérique et son impact sur les usages dans des domaines variés : l’éducation, le transport, les nouvelles manières de travailler, les infrastructures, le tourisme, la culture, les villes intelligentes. Le projet exploratoire et interdisciplinaire TECTONIQ s’inscrit pleinement dans cette démarche en proposant (1) d’étudier les dispositifs numériques mis en place pour valoriser le patrimoine naturel et culturel (matériel et immatériel) du territoire Lille Métropole, et (2) d’analyser leurs usages par les différents acteurs (citoyens, entreprises, scientifiques, collectivités, etc.) de ce territoire. L’objectif à plus long terme est de pouvoir étendre nos travaux à l’étude d’autres territoires, à savoir d’autres agglomérations telles que Lyon, Strasbourg et Montpellier) mais également à l’échelle des régions. 

Le défi concerne notamment la prise en compte de la quantité et de la qualité des connaissances patrimoniales diffusées dans les contenus numériques via les Technologies de l’Information et la Communication (TIC). La prise en considération de la variété des données numériques (sources, contenus, types de documents, etc.) est également une véritable problématique mais c’est aussi une force dans notre quête d’identification de la connaissance. Autrement dit, comment extraire, structurer et mettre à disposition des acteurs des connaissances patrimoniales propres à leur territoire à partir des contenus numériques hétérogènes disponibles sur Internet ? L’étude de la perception de ces connaissances par les différents acteurs du territoire représente un verrou scientifique multidisciplinaire. Tel est l’objet de ce projet, le territoire étudié étant Lille Métropole.

L’originalité et l’importance de la problématique dans le champ scientifique 

Le projet exploratoire TECTONIQ propose d’analyser les dispositifs permettant la diffusion, le partage et la valorisation des connaissances patrimoniales présentes dans les nombreux documents numériques hétérogènes mis à disposition sur le Web par les acteurs locaux (centres documentaires tels que les musées et médiathèques, collectivités territoriales, la presse, et les citoyens eux-mêmes notamment par l’intermédiaire des blogs). Ce mouvement, au cœur du domaine des Humanités Numériques et fédérant des chercheurs en Sciences de l’Information et de la Communication (SIC), en Linguistique, en Géographie ainsi qu’en Informatique et des experts des collectivités territoriales, est l’occasion d’échanger sur la gestion et l’appropriation des documents numériques pour répondre à une demande d’accès rapide et simplifié à des contenus volumineux et hétérogènes. A noter que si le territoire ciblé pour ce projet est Lille Métropole, la volonté des différentes entités participantes est d’étendre la réflexion à d’autres agglomérations mais également à un niveau plus global, notamment à l’échelle des régions. Concernant les actions et problématiques associées, le projet se décompose en deux axes.

Le premier vise à l’identification de la connaissance relative aux patrimoines naturels et culturels diffusée via les dispositifs numériques du territoire Lille Métropole. Riche d’une histoire de plus de dix siècles, Lille est jalonnée de prestigieux monuments, de bâtiments industriels et d’espaces naturels témoins de ses influences historiques successives. Pour sauvegarder et valoriser ce patrimoine, la Ville de Lille, particulièrement touchée par les vicissitudes de l’Histoire au XXe siècle, développe une politique de restauration ambitieuse. Le quartier du Vieux-Lille, le chantier de la Citadelle, ou la restitution de la guette de l’Hospice Comtesse sont autant de projets qui rendent le patrimoine toujours plus vivant, animés tout au long de l’année par des visites guidées, des expositions et des manifestations ouvertes à tous. L’intérêt de ce premier axe est de dresser un état du patrimoine valorisé dans les contenus numériques. Pour ce faire, il est nécessaire dans un premier temps de cartographier les sources hétérogènes diffusant de l’information patrimoniale, puis de collecter les documents numériques mis à disposition via ces sources. Une première difficulté consiste à identifier les contenus numériques relatifs au domaine étudié en prenant en compte la quantité et la qualité de ces contenus lors de la phase de collecte. Une tâche importante à ce niveau correspond à construire un vocabulaire contrôlé de type ontologie décrivant les patrimoines naturels et culturels du territoire, sur lequel nous pourrons nous appuyer ensuite pour distinguer et organiser le contenu relatif au patrimoine. Ce travail nécessitera la collaboration entre les chercheurs en SIC, en linguistique, en géographie et en informatique. Dans un second temps, une phase d’indexation des documents permettra d’extraire automatiquement des descripteurs géographiques (entités thématiques, spatiales et temporelles) ainsi que des descripteurs liés au patrimoine (matériel et immatériel). L'extraction et la structuration d'informations géographiques présentes au sein des documents numériques sont un premier pas pour définir une méthode de découverte semi-automatique de la connaissance relative au patrimoine. Ceci reste un enjeu majeur dans le contexte de la compréhension des territoires. Des verrous sont également associés à l’hétérogénéité des documents traités aussi bien dans leur structure que dans leur contenu (rapports techniques, compte-rendu de réunions publiques, cahiers d'acteurs, articles de journaux, blogs, interviews retranscrits). L’originalité du travail proposé est de s’inscrire dans une démarche pluridisciplinaire initiée à partir d’une méthode semi-automatique visant à fournir aux acteurs (citoyens, scientifiques, collectivités, etc.) une aide à la découverte de connaissances propres à leur territoire.

Le second axe vise à analyser les usages des dispositifs numériques mis en place pour conserver et valoriser les patrimoines naturels et culturels. Une première étape consiste à identifier la perception de ce patrimoine numérisé par les différents acteurs du territoire (associations, médiateurs, experts, industriels, collectivités, simples citoyens, etc.) en s’appuyant sur les connaissances extraites via les travaux menés dans l’axe 1. Cette étape implique une analyse semi-automatisée des différents dispositifs numériques par lesquels les acteurs s’expriment (réseaux sociaux, forums, compte rendu de réunions, etc.) mais également la mise en place d’enquêtes pour toucher le plus grand nombre. Afin d’évaluer les résultats, il est primordial de comprendre quels aspects du patrimoine (savoir-faire, traditions, expressions orales, monuments, et/ou pratiques sociales et festives) ont été retenus par les collectivités pour être valorisés dans les contenus numériques. Il est également important d’analyser les moyens déployés, en terme de TIC, au regard des objectifs fixés par les collectivités locales. A terme, l’objectif est d’identifier la place du patrimoine numérique dans les politiques d’aménagement du territoire numérique, et de vérifier que les dispositifs mis en place répondent aux besoins des différents acteurs du territoire.

Humanités Numériques

Logo

« Novembre 2017 »
month-11
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3
Se connecter


Mot de passe oublié ?